En finir avec les no-go zones pour femmes

Paris doit devenir plus accueillante pour les femmes, mais aussi pour les touristes
000_Par345746-1-1 En finir avec les no-go zones pour femmes
La Mairie de Paris présentera lundi 16 mars un plan d’action pour rendre l’égalité entre les hommes et les femmes. Elle tentera notamment de rendre la capitale plus accueillante pour les femmes. Car le constat est fait, à Paris, certains lieux sont vides de femmes parce qu’elles y sont harcelées ou ne s’y sentent pas bienvenues.
Est-ce une conséquence de la polémique lancé par la chaine de télévision Fox News, qui avait affirmé qu’il existait à Paris des no go zones, des zones si dangereuses qu’ l’on ne pouvait pas s’y rendre ?
Des mesures variées et originales
En tout cas l’exécutif parisien a prévue plusieurs mesures pour “reconquérir l’espace public” et éradiquer ces no go zones pour femmes : une campagne de communication contre le harcèlement de rue, des actions avec la RATP et la SNCF contre les publicités sexistes, des assises “Genre et ville” en 2015 pour “améliorer les pratiques en matière d’aménagement urbain”.
Des “marches exploratoires”, ont également été réalisées dans les 14 et 20 arrondissements. Des habitantes observent et analysent “les atouts ou les faiblesses de l’espace urbain, puis effectuent un diagnostic de terrain et transmettent ensuite leurs propositions aux élus. Il peut s’agir de planter un arbre par ici, d’installer des toilettes publiques par là, de déplacer un banc.
Modifier l’image négative de certains quartiers
Mais il faudra aussi changer l’image de certains quartiers. C’est l’ambition de Lionel Kaplan, dirigeant de l’agence Mediatrium, qui a eu l’idée de lancer un site, nogozones.fr, pour montrer aux touristes que cette image d’un Paris dangereux relevait du fantasme

A Paris, les “no-go zones” se visitent en toute… par lemondefr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.