Repos forcé pour Valérie Trierweiler

Lundi, le cabinet de la première dame a précisé qu’elle restera hospitalisée pour une durée indéterminée.

valerie-trierweiler-1 Repos forcé pour Valérie Trierweiler

L’Elysée a confirmé que Valérie Trierweiler est hospitalisée depuis vendredi pour une cure de repos. La compagne officielle de François Hollande a été admise pour un “gros coup de blues” après la révélation dans le magazine Closer d’une supposée liaison entre le chef de l’Etat et la comédienne Julie Gayet. Valérie Trierweiler, 48 ans, journaliste “avait besoin de repos, elle a été hospitalisée pour des examens”, a indiqué à Reuters le conseiller de la Première dame, Patrice Biancone. Une hospitalisation qui intervient au plus mauvais moment pour le président de la République qui doit rencontrer la presse à l’occasion de sa conférence de rentrée.
Une conférence de presse parasitée
François Hollande doit, entre autres, détailler son nouveau “pacte de responsabilité” aux entreprises. Mais les révélations sur sa vie privée pourraient contrarier son agenda politique, relève la presse française et étrangère. Ainsi, Le Parisien.fr a indiqué vendredi que le couple présidentiel s’était “donné quelques jours pour clarifier la situation” afin de “‘déminer’ cette affaire avant la conférence de presse présidentielle”. 
L’annonce de l’hospitalisation de Valérie Trierweiler fait peser le risque d’une “crise personnelle et politique”, analyse même le quotidien britannique The Independent. “Le malaise de madame Trierweiler risque de le faire apparaître comme cruel, poursuit le site en parlant de François Hollande. Et les photos de Closer risquent de le faire apparaître comme imprudent, voire ridicule.”
Cette affaire relance le débat sur le statut de la Première dame en France, déjà sujet à controverses au moment de l’élection de François Hollande, le président n’étant pas marié à Valérie Trierweiler.
Quel avenir pour la première dame ?
Qu’en est-il de la relation entre François Hollande et sa compagne officielle, Valérie Trierweiler ? Non seulement le chef de l’État n’a pas démenti les allégations de “Closer”, mais l’annonce de l’hospitalisation de la Première dame après la parution du magazine people tend à accréditer l’existence d’un sérieux différend au sein du couple présidentiel. Des suspicions de rupture ne peuvent continuer à planer sur le couple élyséen. Valérie Trierweiler “a conscience qu’elle ne peut pas continuer à avoir un cabinet, à utiliser les moyens de l’État, qu’il y a un effort de transparence à faire”, souligne dans Le Figaro.fr  Frédéric Gerschel  journaliste au “Parisien”, qui a pu s’entretenir quelques minutes par téléphone avec Valérie Trierweiler depuis l’hôpital.

En juin dernier, le député UMP Jean-Charles Taugourdeau avait déposé un amendement visant à obtenir la publication du patrimoine de Valérie Trierweiler, qui, outre une page sur le site internet de l’Elysée, “bénéficie d’un certain nombre d’avantages payés par le contribuable français” (hébergement à l’Elysée, mise à disposition d’un secrétariat et d’un officier de sécurité…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.