Les grèves, c’est bon pour l’environnement

Si les journées de grève ont paralysé un bon nombre d’entreprises françaises,
elles ont également apporté un peu de répit à une atmosphère surchargée.
 

Grèves-1024x579 Les grèves, c'est bon pour l'environnement

« L’utilisation de la voiture personnelle pour effectuer le trajet domicile-travail, au lieu d’utiliser les transports ferroviaires en Ile-de-France, va générer environ 45 fois plus d’équivalent CO2 dans l’atmosphère qu’un jour normal. » C’est ainsi qu’un cabinet d’étude français avait évalué l’impact de la grève contre les retraites du 29 janvier dernier en termes d’émissions nocives, en se basant sur les facteurs d’émissions de la méthode Bilan Carbone de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Selon cette étude, 14.600 tonnes d’équivalent CO2 supplémentaires auraient été rejetées à cause d’une seule journée de grève en Île-de-France. Un chiffre qui laisse sceptique.

Trafic bloqué
Grèves-1024x579 Les grèves, c'est bon pour l'environnementCôté transports, on peut imaginer que la part des véhicules motorisés individuels en circulation est plus grande que d’habitude, ce qui augmente les émissions de gaz à effet de serre (GES). Certains se débrouillent et partagent leur voiture. Cela dit, certains transports publics sont en grève : ce sont donc des véhicules qui ne roulent pas, ce qui aura tendance à réduire ces mêmes GES.

Idem pour le transport aérien. Rien qu’au départ de la Belgique, plus de 150 vols ont été annulés ce mardi 7 septembre. A raison de 60 tonnes de CO2 par vol en moyenne, cela fait quand même 9.000 tonnes de CO2 évitées sur la journée. Les perturbations de l’espace aérien hexagonal entrainent une baisse d’émissions de GES très substantielle.

Mais l’essentiel n’est pas là. Le plus gros impact en termes de CO2 ne se mesure pas dans le secteur des transports, mais sur l’activité économique au sens large. Combien de points de PIB (produit intérieur brut) perd-on un jour de grève ? Combien d’activités économiques ont (réellement) été perturbées ce mardi ?

Une pause dans l’activité économique
En partant du cadastre des émissions de GES de la France et du PIB national, on obtient les données suivantes : émissions de GES en 2008 : 527 millions de tonnes d’équivalent CO2 ; PIB 2008 : 1.792 milliards d’euros. Soit 1,44 million de tonnes d’équivalent CO2 par jour en France en moyenne (on divise 527 millions par 365).

Supposons que le PIB de la France s’obtient sur 300 jours environ (en enlevant 52 dimanches et dix jours fériés, où l’activité économique est très réduite). On obtient une fourchette de 1,5 à 1,7 million de tonnes d’équivalent CO2 par jour.

150.000 tonnes d’équivalent CO2 en moins
Imaginons maintenant que la grève perturbe au sens large le PIB à concurrence de 10 % par rapport à une journée classique de semaine. Dans ce cas, on peut estimer la baisse des émissions de GES à 150.000 tonnes d’équivalent CO2 environ ! Néanmoins, une partie de l’activité économique réduite par l’effet de la grève risque d’être récupérée et étalée sur les jours à venir. Ce ne sont là que quelques estimations qui montrent bien qu’il est impossible de statuer avec certitude sur l’impact carbone d’une grève.

En revanche, on peut conclure que le  mardi 7 septembre 2010, les tendances étaient les suivantes :
Grèves-1024x579 Les grèves, c'est bon pour l'environnement forte réduction des GES en raison de la fermeture de l’espace aérien français, central pour les destinations européennes dans l’axe Nord-Sud ;
Grèves-1024x579 Les grèves, c'est bon pour l'environnement forte réduction des GES en raison du ralentissement de la production des industries et plus généralement de l’activité économique en berne ;
Grèves-1024x579 Les grèves, c'est bon pour l'environnement augmentation marginale des GES en raison d’un recours à la voiture pour les déplacements individuels plus importants que la normale ;
Grèves-1024x579 Les grèves, c'est bon pour l'environnement baisse probable des émissions dues aux transports de marchandises sur le territoire ;
Grèves-1024x579 Les grèves, c'est bon pour l'environnement en cas de grève prolongée avec fermetures de centres de distribution, risques importants de générer des déchets additionnels liés aux dates de péremption dépassées.

En prenant en compte tous ces paramètres, on peut dire qu’une journée de grève se solde par une légère diminution des GES (quelques milliers de tonnes équivalent CO2, soit les émissions annuelles de quelques centaines de citoyens français). Les grévistes peuvent donc avoir leur conscience (écologique) tranquille. A priori, ils n’ont pas aggravé le réchauffement climatique en s’arrêtant de travailler pour protester contre la réforme des retraites. Pour ce qui est du climat social, c’est une autre histoire.

Frédéric Chomé, sur www.terra-economica.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.