Philippe Raoux, pionnier de l’oenotourisme
en France

Dans le monde, la France fait office de cas à part en matière d’oenotourisme. Heureusement pour elle, des propriétaires tels que Philippe Raoux pourrait bientôt lui faire combler son retard.

Le Château d’Arsac, symbôle de l’oenotourisme en France

 

 

Son crédo : associer art contemporain et vin

 

Son domaine, le Château d’Arsac, Phillippe Raoux en a fait désormais un véritable musée à ciel ouvert abritant les oeuvres de Niki de Saint Phalle, Bernard Pagès ou Jean-Paul Raynaud. Un concept novateur en 1986, quand l’homme a racheté la propriété.

 

Toujours en quête d’innovation, Philippe Raoux vient donc d’ouvrir la Winery, un complexe oenotouristique d’envergure posé à l’entrée du Médoc sur un parc de 26 hectares. L’édifice en verre propose 2 000 références de vins français et étrangers dans sa boutique, un restaurant « bistronomique », des paniers pique-nique, un auditorium et des spectacles gratuits en plein air. Les visiteurs peuvent aussi prendre connaissance de leur « signe oenologique » (sur rendez-vous, 15 eur ), via une séance de dégustation de six vins à l’aveugle accompagnée de dix questions, censée déterminer leur caractère « esthète », « gourmand », « sensuel ». Une manière ludique d’orienter ensuite le client vers les vins qui lui correspondraient le mieux…

Un formidable outil marketing

Son concept fait des émules

En même temps que la création de deux postes dédiés à l’oenotourisme il y a trois ans, l’office bordelais s’est aussi doté d’un comptoir spécifique pour aider les visiteurs à construire leurs vacances dans les vignes.

La plupart des régions, de même que les comités interprofessionnels du vin, développent circuits, guides, chartes d’accueil. Ainsi, Inter Rhône vient de publier le guide Tourisme et vignoble en vallée du Rhône (3 eur ) qui recense les 421 caveaux adhérents à sa charte « Côtes du Rhône, terroirs d’accueil ». Présence de points d’eau, de verres propres, de toilettes, mais aussi d’une solution d’hébergement ou de restauration sont mentionnés. Une base de données complète que l’on peut retrouver sur leur site Internet.

Le comité interprofessionnel des vins de Bourgogne a lui aussi édité une carte de la Route des vins recensant, au dos, les 300 membres adhérents à la charte d’accueil de Vignes en caves. Autant d’initiatives nécessaires, mais certainement pas suffisantes pour attirer une clientèle toujours avide d’originalité. « Les gens nous demandent souvent des produits qui n’existent pas encore », souligne André Deyrieux, créateur du premier site consacré à l’oenotourisme (www.winetourisminfrance.com) qui enregistre déjà 1 000 visiteurs par jour, moins d’un an après son lancement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.