ORGANISATION HORS PERE DE JEAN AMYOT D’INVILLE

https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnxlZGl0aW9uc2R1cGV0aXR2ZWhpY3VsZTJ8Z3g6MmExOGJiNjEzYWE5MTlhNw

VIENT DE PARAITRE :

Veuve, mère, professeur, étudiante, voyageuse, bridgeuse
ORGANISATION HORS PERE

 de Jean Amyot d’Inville


(cliquez sur l‘image de couverture ci-jointe pour afficher le vient de paraitre) 

L’auteur

Né en 1942 au Maroc où il est resté trois ans, Jean Amyot d’Inville a habité Rennes jusqu’en 1961 puis Paris jusqu’en 1974. A Nantes depuis 1975, il a notamment créé l’Association régionale des chargés de communication (1976), le Centre de communication de l’Ouest (1982), l’Observatoire des médias à l’Université permanente (2002) et … le Club Loire-Atlantique (Cla) de rire (1989). Elu membre de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire en 1995, il en est vice-chancelier depuis 2009.



Marie-Jo avec sa mère


Le mot de l’éditeur

Amyot d’Inville. Quand on entend ce nom, on pense naturellement aux Quatre frères pour la France décrits par Patrick de Gméline à l’initiative de Charles Hérissey. Cette fois, il s’agit d’une femme, Marie-Josèphe, l’épouse de Jacques, l’ainé, dont la vie est ici racontée avec pudeur et chaleur par son fils Jean.
Quelle vie ! Une jeune enfance sans mère. Une vie sans mari car il a été tué à la guerre quand elle a juste 29 ans. L’obligation d’élever, seule, ses cinq enfants. La nécessité de travailler et de passer des examens quand certains étudiants ont l’âge de son fils aîné. Résultats ? Des activités multiples menées au pas de course. Remèdes ? Une organisation « hors père » qui lui permet de faire deux choses en même temps, un redoutable optimisme agrémenté de fous rires ininterrompus. Et une foi inébranlable.
Née en février 1914, décédée en novembre 2007, Marie-Josèphe Amyot d’Inville, née Audren de Kerdrel, a pris la vie à bras le corps réussissant à concilier droiture, aventure et ouverture. Droiture et solidité comme le granit armoricain du Nord-Finistère et du Cotentin dont elle est originaire : des « aristos fauchés » mais tenaces ! Aventure avec sa vie de jeune épouse d’officier de Légion étrangère en Afrique du Nord de 1935 à 1943 et, plus tard, ses voyages en Tunisie, en Zambie, en montagne ou « sur les pas de Saint-Paul ». Ouverture vers les autres notamment ses milliers d’élèves qu’elle emmène parfois en déplacement-découverte. Et elle trouve encore le temps de taquiner les cartes – elle sera classée au bridge – de tapisser 50 fauteuils, chaises et tabourets et d’écrire chaque jour des lettres dans lesquelles elle s’intéresse aux autres, donne nouvelles et conseils. Tout cela sans jamais dire du mal de personne… qui est pourtant l’un de nos sports favoris.

Marie-Jo avec son père Jean de Kerdrel

  
Le mariage

Avant lire

Toutes les vies – enfin presque c méritent d’être racontées. Celle de ma mère, que je préfère appeler Maman, certainement. En écrivant ces souvenirs, je veux seulement témoigner et remercier. Sous la forme de textes courts, c’est ma spécialité. En vingt chapitres. 20 : pour la première fois je peux atteindre ce nombre, cher aux bons élèves.
L’idée m’a été soufflée par un professeur de communication en août 2014. De tous les courts portraits dressés dans mon dernier ouvrage, elle m’affirmait que c’était celui de ma mère qu’elle préférait. Elle se souvenait de son enfance sans mère, de sa vie sans mari, de son obligation de travailler tout en élevant cinq enfants et, malgré tout cela, de son dynamisme et de son optimisme. Dans Vie de com’, avec un « aime », il y avait pourtant les noms de personnages célèbres que j’avais eu la chance de rencontrer dans ma vie professionnelle.
Début 2016 j’ai 73 ans. L’âge de la mort de mon grand-père paternel qui me paraissait bien vieux. Mais je me sens encore enfant lorsque j’évoque Maman, racontant son histoire sous forme d’histoires.
Surtout pas de nostalgie et de « C’était mieux avant » ! Ma vie d’époux, de père, beau-père et grand-père de 13 petits-enfants me comble abondamment. Heureux 20 fois ! De plus nous avons une famille élargie affectueuse, des amis solides, des voisins sympathiques et de nombreux contacts dus à des activités encore nombreuses. Et, nous éloignant parfois de ce confort de vie, nous faisons des voyages en France, le plus beau pays du monde.
Seulement un témoignage de reconnaissance. Car Maman nous a appris à respecter et à entreprendre. Toujours avec passion et optimisme.
                                 

Jean Amyot d’Inville, Mars 2016.
Marie-Jo avec ses enfants et son gendre Alain en 1965

Préface du Général Patrick Jardin (extrait)

Est-ce mon amitié avec l’auteur de cet ouvrage qui me vaut l’honneur de préfacer ce livre ? Avec Jean, en effet, une amitié sans faille… de 68 ans et beaucoup de points communs : les études et le scoutisme à l’Institution Saint-Martin à Rennes, la proximité des lieux de vacances à la campagne et surtout les mêmes idéaux sur la France, son Armée et la politique. Sans compter les valeurs chrétiennes. Tout cela inculqué par une mère dont la foi était inébranlable. Une foi, venue du fond des âges, « da feiz on tadou koz », la foi de nos ancêtres, enracinée dans le pays du Léon, dont la famille Audren de Kerdrel est originaire, cette « terre des prêtres ».

Sommaire

1. Enfance sans mère.
2. Tête de classe dans le Finistère.
3. Epouse d’officier de Légion.
4. Plusieurs vies simultanées.
5. Deux choses en même temps.
6. Marques d’affection et d’amitiés.
7. Origines : à l’Ouest toute.
8. L’attachement à une maison, un quartier.
9. Rosa et Rosalie : presque de la famille.
10. Vacances à l’Ouest.
11. Soleil d’Afrique.
12. Goût des voyages… au sprint.
13. Une longueur d’avance.
14. Alimentation sommaire et abondante.
15. D’abord la confiance.
16. Catho évidemment !
17. Saint-Joseph a la vedette.
18. Au service de la France.
19. Pas de politique mais…
20. Joie de vivre… et de rire.

Pour commander le n°37 de la collection de La Galerie de l’or du temps:


Organisation hors père de Jean Amyot d’Inville
cliquez sur le lien ci-après :

Pour aller plus loin :

     – La collection de la Galerie de l’or du temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *